Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 la courte échelle. éditions transit

éditeur solidaire et associatif, art et politique, membre de l'Autre Livre

Théâtre du Merlan à Marseille : sanctions et licenciement de Zora Berriche

Publié le 31 Juillet 2014 par la courte échelle. éditions transit in solidarité

Section SYNPTAC-CGT du Merlan, scène nationale                                       Communiqué de presse, 30 juillet 2014

Contacts :

Céline HUEZ Délégué du Personnel, Déléguée syndicale    synptac.cgt.sectionmerlan@gmail.com ; 06 74 00 22 91

Guillaume DELEUIL délégué régional et national     paca@synptac-cgt.com



 L’avenir du Merlan se construit avec les salariés, et non contre eux :

Annulation des sanctions et réintégration de notre camarade !

 
Au Théâtre du Merlan Scène Nationale, dans un contexte social très dégradé et dans l’attente de la nomination d’une nouvelle direction, nous sommes abasourdis par  des décisions disciplinaires arbitraires prises par le Président du Conseil d’Administration du théâtre du Merlan, M. Alain VIDAL-NAQUET, qui loin de calmer le climat social, jette de l’huile sur le feu.

Pour rappel, nous vivions depuis plusieurs années sous la houlette d’une direction qui pratiquait un management délétère ayant  pour conséquence une grande souffrance parmi les salariés. Malgré ce contexte connu de tous, Monsieur VIDAL-NAQUET et l’ancienne directrice, Mme Nathalie MARTEAU, ont souhaité organiser une soirée festive « de départ » le 25 juin dernier. A cette période, le conflit national des intermittents s’est invité et la direction a décidé, la veille, l’annulation de l’évènement. Cette annulation sera à l’origine d’une situation qui aboutit, aujourd’hui, à des sanctions injustes et sévères pour deux salariées emblématiques du Merlan.

Il est reproché à Mme Patricia PLUTINO, déléguée du personnel SYNPTAC-CGT , et Zora BERRICHE, militante respectée et reconnue dans le quartier du grand Saint Barthelemy,  de ne pas s’être présentées à une réunion (sans caractère obligatoire), le 24 juin 2014, pour gérer la soirée de «départ » de Nathalie MARTEAU, annulée dans le contexte de la grève des intermittents.

 

Patricia PLUTINO, en mi-temps thérapeutique et ce jour-là en RDV professionnels, reçoit un avertissement pour déloyauté envers ses supérieurs.

 Zora BERRICHE est LICENCIEE pour faute réelle et sérieuse pour insubordination après avoir été mise à pied depuis le début du mois de juillet. Elle est actuellement en arrêt maladie, choquée par les méthodes utilisées.

 

Nos deux collègues de travail sont donc sanctionnées pour ne pas avoir participé à une réunion pour annuler l’organisation d’un  évènement dont elles étaient, de toute façon, exclues tant des réunions préparatoires depuis le mois d’avril que du fait qu’elles seraient en repos le soir même de la « fête de départ ».

 

Nous ne sommes pas dupes. Il s’agit de prétextes pour régler des comptes aux mépris du devoir de la direction du Merlan de protéger la santé mentale et physique  de ses propres salariés.

Ces deux salariées ne sont-elles pas les  boucs-émissaires d’un management délétère que prolonge le président du Merlan qui n’a jamais voulu l’arbitrer antérieurement ?

 

Pour préparer l’arrivée d’une nouvelle direction et l’avenir du Merlan, nous aspirons à un apaisement de la situation et nous exigeons une levée des sanctions et la réintégration de notre camarade licenciée.

 

Bref historique du contexte managérial du Théâtre du Merlan :

- En avril 2013, la médecine du travail fait un courrier d’alerte à la direction du théâtre du Merlan concernant les Risques Psychosociaux

-  En octobre 2013, une évaluation du théâtre est  diligentée par la Direction Générale de la Création Artistique

-  Fin  novembre 2013, après une alerte faite par les déléguées du personnel, l’Inspection du travail mène une enquête auprès des salariés du Merlan

-  Fin janvier 2014, une réunion a rassemblé dans les locaux de la DIRECCTE : la direction du Merlan, la déléguée du personnel, la CARSAT, l’Inspecteur du travail, un délégué national du SYNPTAC CGT et le Médecin du Travail. A l’issue, la DIRECCTE propose d’intégrer le dispositif ARCOLE, dispositif d’aide au dialogue social qui devrait se mettre  en place à partir de septembre 2014

- Début février 2014, annonce officielle aux salariés du départ de la directrice Nathalie Marteau au
30 juin 2014

- Aujourd’hui, les interventions de ces divers services et la vacance de la Direction semblent ne pas avoir changé le climat social avec ces nouvelles sanctions envers nos collègues.


Commenter cet article