Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 la courte échelle. éditions transit

éditeur solidaire et associatif, art et politique, membre de l'Autre Livre

CINÉMA HORS CAPITAL(E), AVEC FILM FLAMME

Publié le 22 Avril 2011 par transit. la courte échelle in Lu

Au delà de gérer la salle du Polygone étoilé et d'y accueillir les programmes de nombreuses associations marseillaises, les auteurs de Film flamme mettent en commun leurs moyens et leur énergie pour créer et produire hors capital(e)… Les éditions commune et Film flamme s'associent pour explorer ce cinéma-là avec des livres…

 

Numéro 1 LA REMONTÉE DU TEMPS DE JEAN-FRANÇOIS NEPLAZ


couvRemonteeweb.jpgOuvrage collectif : Frédéric Valabrègue, J.-F. Neplaz, Paul-Emmanuel Odin et Rodolphe Olcèse à propos de 4 courts métrages (L’autre matin... en attendant Mario Rigoni Stern 2006, 13’ | Tu, un film polonais 1991, 13’ | Ante Inferno 1987, 11’ | Champ profond 1979, 12’) Format 13x18, 96 pages noir et blanc, dessins, 3 images couleurs, 10 NB, DVD du film encarté, prix 20 € 


 

 

 

Trois auteurs parcourent cette spirale du temps proposée par J.-F. Neplaz (cinéaste et cofondateur de Film flamme et du Polygone étoilé) et font lecture des films qui fondent l'ouvrage. Lectures autant contradictoires parfois, que complémentaires dans leurs perceptions et analyses.

 

 

couvFlackyweb.jpgNuméro 2  FLACKY & CAMARADES, LE CINÉMA TIRÉ DU NOIR DE AARON SIEVERS Textes de Aaron Sievers, Jean Duflot, Marc-Henri Piault, Christian Hottin, Jean-François Neplaz, Marie-Jo Aiassa, Kiyé Simon Luang. Textes extraits du film : André Flament, Roger Moreels, Ignace Flaczynski. Format 13x18, 144 pages (16 pages couleur, 128 pages noir et blanc, 42 images, DVD encarté du film Flacky & camarades ou le cheval de fer  (103 mn) avec court métrage La leçon de cinéma de Pierre Gurgand  (11 mn), prix 25 €
 
"À la fin des années soixante-dix, Pierre Gurgand, réalisateur, alors conseiller technique et pédagogique auprès de l’Institut National d’Éducation Populaire, avait déplacé les stages cinématographiques et photographiques dans les corons, au cœur du peuple, entre Lens, Sallaumines et Liévin. C’était la fin des mines, le lent démantèlement de l’industrie lourde, une page de l’histoire ouvrière se tournait. Nous nous sommes retrouvés, longtemps plus tard, dans un même « faire » cinématographique. Les outils étaient là, au Polygone étoilé. Nous avons commencé à revoir et écouter, ensemble, les trente heures d’images et les deux cents heures de sons enregistrés par son équipe et par les stagiaires au cours de ces années passées en Pays Minier. En 2003, au lendemain du décès de Pierre, tenant promesse et m’entourant de complices, je me suis mis à la table de montage pour me confronter à cette matière monumentale...."  Aaron Sievers

 

La suite et compléménts

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commenter cet article