Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

éditeur solidaire et associatif, art et politique,

Je suis Palestinienne de Rana El-Khatib

Je Suis une Palestinienne

 

Me rencontrer 

c'est voir une personne. 

 

Voir ma mère 

c'est connaître l'amour. 

 

Visiter ma maison 

c'est entrer dans notre maigre existence. 

 

Me suivre à la maison, 

c'est surprendre une lueur d'effroi dans mes yeux, 

comme si je craignais que vous ne rasiez 

mon humble demeure. 

 

Rencontrer nombre de mes amis 

c'est connaître des réfugiés plus de 2 ou 3 fois déjà. 

 

Ecouter certains de mes voisins 

c'est entendre la douleur de gens qui ont perdu un être cher tué 

par une balle "perdue" d'un sniper. 

 

Rencontrer mon grand-père et mon père c'est les écouter 

Raconter comment ils fuirent leurs maisons, 

c'est le récit d'une famille privée de justice. 

 

Contempler les yeux de ma grand mère et ceux de ma mère 

c'est voir plus d'un demi-siècle d'errance et d'étonnement. 

 

Se mettre à notre évier desséché, sachant que notre eau s'en va remplir 

la piscine de mon geôlier à moins d'un miles de là 

c'est reconnaître l'étendue de ma disgrâce. 

 

Partager notre existence aride 

c'est me pardonner de paraître imparfaite. 

 

Marcher dans mes rues 

c'est témoigner de mon humiliation quotidienne par les soldats en vert. 

 

Ecouter ma sœur insultée par les colons armés, 

c'est observer une idéologie raciste. 

 

Rencontrer une femme dont le cœur du mari s'est arrêté quelques heures après

que les soldats en vert aient détruit leur maison 

c'est comprendre pourquoi elle vit blessée. 

 

Rencontrer un garçon de 13 ans 

qui a survécu à la balle dans la poitrine d'un soldat en vert 

alors qu'il marchait de chez lui à la maison de son grand-père, 

c'est réaliser pourquoi un enfant porte le poids d'un vieillard 

sur ses jeunes épaules accablées. 

 

Rencontrer la femme qui a été témoin 

des coups mortels portés à sa meilleure amie 

c'est comprendre la rancœur qu'elle garde. 

 

Voir le vide dans les yeux de gens 

sauvagement agressés parce qu'ils portaient leur drapeau, 

c'est comprendre pourquoi ils ont appris 

à détester les soldats en vert. 

 

Rencontrer les innombrables parents 

des enfants prêts à s'affronter vus pour la dernière fois, 

sans promesse de retour, ensanglantés par les soldats en vert, 

c'est reconnaître l'exaspération. 

 

Plus d'un demi-siècle d'exil et de souffrances 

infligé à mes parents, à mes frères et sœurs, à ma famille et à mon peuple. 

 

Je suis une Palestinienne. 

 

Poème dédié à Ahmad, du camp de réfugiés de Deir el Balah à Gaza 

Extrait du recueil 18 poèmes de Rana El-Khatib édité en 2004

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article